PROCÉDURES OBLIGATOIRES DE PRISE EN CHARGE D’UN CHATON PAR NOTRE SPA DE SALON DE PROVENCE ET SA RÉGION

I) Les bénévoles, adhérents, Familles d'Accueil (FA) ne sont en aucun cas autorisés à se substituer à la SPA de Salon et sa Région 
(Association de loi 1901 créée en 1954 et Reconnue d’Utilité Publique), et ne peuvent donc pas prendre l'initiative d'accepter la prise en charge
d'un chaton, au nom de la SPA de Salon de Provence et sa Région. II) Lorsque les bénévoles, adhérents, Familles d'Accueil (FA) de la SPA de Salon de Provence et sa Région sont contactés par des particuliers,
des Associations locales, ou tout autre organisme les sollicitant pour récupérer un ou plusieurs chatons, voici la marche à suivre qui s'impose :

------> 1) Merci d'inviter ces personnes à prendre contact directement avec la SPA de Salon de Provence et sa Région aux coordonnées suivantes:
Tél: 04.90.42.20.77 et 07 62 17 36 55
ou encore par courriel à  accueil@spa-salon-de-provence.fr ou urgence@spa-salon-de-provence.fr .

Sauf exception convenue expressément au préalable avec la SPA de Salon de Provence et sa Région,vous ne devez en aucun cas récupérer vous-même le ou les chaton(s), peu en importe la raison.

------> 2) Une fois le chaton présenté à notre Refuge-Fourrière par la personne l'ayant extrait de son lieu de "vie" (ou de survie) et ainsi confié à la 
SPA de Salon et sa Région, c'est le personnel salarié et/ou la Direction de la SPA de Salon et sa Région qui contacte les Familles d'Accueil (FA)
pour placer le chaton.

------> 3) Pour des questions administratives et d'assurance, seules les Familles d'Accueil (FA) à jour de leur cotisation d’Adhérent pour l'année en cours,
et pour les trois (3) mois minimum suivant le placement du chaton, pourront être sollicitées.

------> 4) Tous les frais engagés raisonnablement pour les bons soins d'un chaton placé en Famille d'Accueil (FA) par la SPA de Salon et sa Région
sont à la charge de la SPA de Salon et sa Région: comme par exemples certains équipements, accessoires, jouets, traitements
anti-parasitaires, la nourriture et la litière.
Pour rappel concernant les frais médicaux :

----> A) Sauf cas d'extrême urgence vitale, seuls les vétérinaires partenaires de la SPA de Salon de Provence et sa Région dont les coordonnées sont communiquées aux Familles d'Accueil (FA) doivent être sollicités.

----> B) Sauf cas d'extrême urgence vitale, toute visite chez un vétérinaire, tout soin ou acte médical non planifié doit être validé au préalable par la SPA de Salon de Provence et sa Région (04 90 42 20 77 ou 07 62 17 36 55 ou en adressant un e-mail à accueil@spa-salon-de-provence.fr
 
   En cas de non respect de ces consignes, les factures seront à la charge exclusive de la Famille d’Accueil.
 
------> 5) Sauf exception convenue expressément au préalable avec la SPA de Salon de Provence et sa Région, aucuns frais ne seront pris en charge par la SPA de Salon et sa Région pour un chaton qui ne sera pas déjà enregistré et placé sous la responsabilité de la SPA de Salon et sa Région.
INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

Nous sommes le Refuge-Fourrière “Camille Rocquelain” de la SPA de Salon de Provence et sa Région.

Nous agissons en lieu et place des obligations légales de 34 communes du département en ce qui concerne la Fourrière Animale et bien entendu, nous fonctionnons au quotidien avec notre Refuge pour faire vivre notre vocation essentielle qui est la défense et le bien-être de l'animal.


Je vous rappelle que nous sommes une Association Indépendante créée il y a 66 ans par le Salonais Camille Rocquelain le 14 mars 1954.

Notre Association est Membre de la "Confédération Nationale de Défense de l'Animal" (CNDA), ex "Confédération Nationale des SPA de France", créée en 1928, dont le siège soicial est à Lyon.

----> Nous ne sommes donc pas rattaché à la SPA dites "de Paris" qui fut créée au début du 19ème siècle à Paris pour la défense des chevaux de traction, la SPA qui arbore le logo Orange/Blanc et qui passe régulièrement à la télévision sur C8 .


----> Association Indépendante, nous sommes financés uniquement par :

- les participations annuelles des communes au frais de Fourrière-Animale (nous intervenons sous convention comme délégataire de service public);
les sommes versées par les adoptants qui participent ainsi aux frais tels que le puçage, les vaccins, les visites vétérinaires, les stérilisations, les frais administratifs ( je rappelle que nous ne vendons rien, nous ne sommes pas une société commerciale et nous ne faisons pas de bénéfices );

et bien sûr, les cotisations des Adhérents de notre Association et les dons (en numéraire ou en nature).
- Nous devons payer actuellement chaque mois pour  environ 20 000 € de salaires charges sociales comprises (11 salariés plein temps et temps partiel), plus les frais de vétérinaires importants (trop importants!), plus la nourriture des animaux, les produits d'entretien et de désinfection ainsi que l'ensemble des frais fixes et variables pour faire fonctionner notre institution.

Soit une dépense moyenne de plus 41 000 € par mois pour un budget annuelle d'environ 500 000 € avec je le rappelle, plus de 170 000 € de frais vétérinaire sur l'année (réf. année 2019).


----> Les Associations de villes et de villages de types "Chat libres": Par exemples: "Le Chat Salonais" à Salon, "Amcoeur" à Pélissanne, “Le Chat libre de Grans", ” l'Ecole du Chat de Miramas", "Le Souffle de Bastet" à Lamanon, etc...).

Ce sont des Associations très locales qui reçoivent les subventions de leur commune pour assurer les stérilisations des "chats libres".

Elles sont chargées, en priorité, d'agir au plus près du terrain pour intervenir sur le nourrissage et contre la prolifération des chatons par stérilisation des mâles et des femelles, cela est leur vocation première et essentielle.

Je rappelle que nous n'intervenons plus pour les stérilisations et les prises en charge des "chats libres" sur Salon de Provence depuis plusieurs années, la subvention de la ville correspondant à cette action est maintenant versée à l'Association "Le Chat Salonais".

Nous n'intervenons pas non plus, pour ces mêmes raisons, sur nos 34 communes et laissons donc le soins aux Associations locales de s'en occuper.